jeudi 27 novembre 2014

Tu seras une bonne blogueuse ma fille

fais ce que tu aimes do what you love - minimalistiques

Ici et là fleurissent guides et autres manuels détaillant les usages du blog et de ce que doit faire la jeune padawan pour tenter de rencontrer le même succès que ses modèles.


C'est bien ce partage de connaissance, d'expérience et tous ces dons souvent gratuits de conseils, cela permet d'apprendre à modifier le code HTML pour attirer le client, à bien rédiger pour le retenir, à maitriser le référencement pour en avoir plus, tout ça, tout ça...

Mais au final, j'ai quand même l'impression que le marketing prend le pas sur l'essence même du blogging : la passion.

Voici 2, 3 principes rabâchés à droite à gauche qui ont du sens en marketing (et qu'est ce que j'aime le marketing !) mais dénaturent, à mon sens, l'art du blog.



- un design ultra travaillé tu auras et ton lecteur fidèle restera.
Un design beau et esthétique oui, mais pourquoi dans le seul but de garder ces lecteurs ? Un lecteur n'est à priori pas là pour la carrosserie mais pour ce qu'il y a dans le moteur ! Des blogs peu élaborés ont parfois plus de lecteurs et de commentaires qu'un blog rutilant à la pointe de la technologie.
Apprendre parce qu'on a une idée/envie en tête et qu'on veut améliorer notre "bébé" oui, s'énerver à bidouiller le HTML pour faire comme tout le monde et parce qu'on a peur de ne pas avoir de lecteurs autrement, non.

- un blog tu auras, sur un seul sujet tu rédigeras.
Non non non, je ne vois pas pourquoi on devrait limiter ses passions et censurer ses talents !
Le lecteur se perd parce que tu parles de beauté ET de voyages et que de temps en temps tu confies tes états d'âme ? Et bien mazette, il en faut peu ! On est pas une seule chose tout comme on aime pas une seule personne et c'est justement cette pluralité qui fait de nous des êtres tous différents et intéressants.
Ici, nous n'abordons pas plusieurs sujets parce que nous sommes deux, mais tout simplement car nous avons juste plein de choses à vous dire sur différents sujets qui nous passionnent :)

- tous les jours tu écriras, sous peine de perdre ton lectorat.
Bah oui c'est bien connu, si jamais on trouve pas de fromage à raclette tous les jours (surtout en juillet) dans son hypermarché, on arrête d'en manger dé.fi.ni.tivement ! Si un contenu est pertinent et apporte quelque chose au lecteur alors il n'y aucune raison qu'il ne soit plus là si on fait une pause d'une semaine, surtout avec tous les moyens technologiques pour se tenir au courant des nouvelles publications (newsletter, Facebook, Hellocoton, etc...) ! :)
Surtout mais surtout, quel est le sens d'écrire pour écrire, pourquoi prendre le risque de transformer un plaisir en corvée ? Monsieur Google ne vous aimera pas plus d'ailleurs, il est comme moi, il préfère la qualité à la quantité !

- un titre de folie tu trouveras, tous les badauds tu attireras.
Ah oui ok là je suis d'accord. Mais quel intérêt ? Décevoir les lecteurs par un contenu plus fade ou sans rapport ? Aurais-je mieux fait de mettre en titre "AFFAIRE DU SIÈCLE : Comment gagner un canapé sans avoir à aimer la page Facebook de Châteaux d'Ax" ?  C'est un blog pas du racolage :)

blog règles de la blogueuse - minimalistiques


Alors bon attention je ne dis pas que blog ne doit pas rimer avec business (tout travail mérite récompense) mais il ne devrait, à mon sens, pas perdre son âme sa fonction première ou n'être créé que dans ce but.

Et vous pourquoi vous bloguez (pas) ?

2 commentaires:

  1. J'ai commencé à bloguer il y aura 7 ans dans quelques mois, loin de moi toutes ces préoccupations...la passion uniquement et même si aujourd'hui beaucoup de choses ont changer, la passion, le plaisir d'écrire et de partager restent mes préoccupations principales ! très bon billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 7 ans !!! Je suis admirative ! Et toujours l'inspiration à ce que j'ai pu voir/lire ! Comme quoi quand on a la passion des mots, ça ne s’essouffle pas :)
      Merci beaucoup pour ce gentil commentaire et bon week-end !

      Supprimer