jeudi 9 octobre 2014

Préjugés contraceptifs.

Il y a peu j'ai été amenée à me questionner sur le bien-fondé de ma contraception actuelle, sur ses effets et sur mon utilisation, ce qui m'a permis de me rendre compte que les préjugés et la morale française ont la vie dure !

Censure ou "oublis" de précisions de la part des spécialistes, j'ai été assez effarée de découvrir certaines possibilités dont je ne soupçonnais même pas l'existence. Et pour ça je dis : merci internet !

Actuellement sous pilule triphasée, et de nature assez stressée, j'ai tendance depuis un certain temps à enchaîner les plaquettes avec désinvolture, pour "avoir la paix".
Mais la progression rapide (et la plus forte médiatisation) des cas de cancers et autres dégâts médicamenteux m'ont fait me questionner sur la dangerosité d'une prise de la pilule non-stop.

(Alors là, je tiens à préciser, ce n'est que mon avis, fondé sur les différents sites variés que j'ai étudié, et sur ma conception des choses, je ne suis pas gynécologue et en aucun cas, je n'affirme détenir la vérité scientifique !)

C'est donc comme ça que j'ai appris naïvement que les règles qui surviennent entre chaque plaquette sont provoquées chimiquement et donc artificielles.
Enchaîner et ne plus avoir ses règles n'est donc à priori pas mauvais pour la santé (ou du moins pas beaucoup plus que le simple fait de prendre des hormones tout court), et permet au contraire d'être mieux protégée. D'ailleurs les autres contraceptifs (DIU, implants, etc.) ont également un effet continu et personne ne s'est jamais plaint (du moins suffisamment fort pour qu'on l'entende) !

Minimalistiques - Préjugés Contraceptifs   
via Pinterest
Plus de douleurs, plus d'anémie, moins de stress... alors pourquoi personne n'en parle et pourquoi n'est-ce pas plus monnaie courante ?
La coutume veut que les femmes en bonne santé aient leurs règles (signe de fertilité), l'arrêt de 7 jours recommandé a donc pour but d'imiter le cycle "naturel".

Et quand on y pense, si toutes les femmes n'avaient plus leurs règles, ce serait un désastre financier pour tous les fournisseurs officiels de protections, parce que mine de rien, perdre du sang tous les mois pendant plus de 40 ans, ça rapporte !!

En clair, le seul risque propre à l'enchaînement est le "spotting" (des petits saignements imprévus) qui, s'il dure,  signifiera que le dosage de la pilule n'est pas adapté à l'utilisatrice, rien de bien grave en somme :)

Ne plus arrêter sa prise de pilule veut aussi dire moins de risques d'oubli de la reprendre alors tant qu'à faire...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire